En revenant d’un atelier « Les Plantes et la beauté » animé par la naturopathe Christine Calvet, forte de mes nouvelles connaissances, j’ai souhaité me concocter une petite crème cocooning pour le soir, nourrissante et réparatrice.

Ma crème de jour est hydratante et anti âge. J’ai donc voulu mettre au point une crème de nuit également anti-âge (vu que j’ai dépassé la trentaine, deux soins valent mieux qu’un), effaçant les traces de fatigue ( mes nuits étant ponctuées de réveils « perte de sucettes » ou « chasse aux loups dans le placard ») et nutritive pour ma peau agressée par le vent et la pollution.

J’avais déjà pu apprécier les bénéfices de l’hydrolat de bleuet : 10 minutes en compresse sur un coton bien imbibé posé sur les yeux, et les cernes s’estompent comme par magie.

J’ai donc opté de marier l'hydrolat de bleuet avec de l'eau minérale pour limiter l'odeur quelque peu particulière du bleuet.

En ce qui concerne l’huile végétale, j’ai choisi d’utiliser une huile que je m'étais dégoté il y a quelque temps, qui est un mélange d'huile d'argan, de figue de barbarie, de nigelle et de rose de damas, qui ont la particularité d'être des huiles nourrissantes, régénérantes et restructurantes .

En ce qui concerne la cire émulsifiante, j’ai utilisé la cire n°3 d'arom-zone qui permet d’obtenir une crème beaucoup plus riche et onctueuse, contrairement à cire n°2 qui permet de créer des crèmes à texture légère.

Comme principe actif, cela faisait longtemps que je n’avais pas utilisé d’huile essentielle. Celle qui a eu ma préférence est le bois de rose : pour son effet régénérant et rajeunissant, et pour son odeur qui couvre bien l’odeur de l’hydrolat de bleuet dont mon homme ne raffole pas vraiment.

 

20121111_153224

La recette pour 50ml – coût : moins de  5 euros

- hydrolat de bleuet : 16,6ml

- eau minérale : 15,5ml

- mélange des 4 huiles végétales : 13,6ml

- cire émulsifiante (on en trouve en magasin bio) : 3g

- huile essentielle de bois de rose : 10 gouttes

  • conservateur (cosgard ou extrait de pépins de pamplemousse, celui que vous trouvez en magasin bio) : 9 gouttes

 

Réalisation :

Passez tous les ustensiles et contenants que vous utiliserez à l’alcool.

Faites chauffer dans une casserole remplie d’eau deux pots à yaourt en verre, le premier contenant l’huile et la cire et le second contenant l'hydrolat et l'eau.

Une fois les deux récipients arrivés à 70° (c'est-à-dire pour la phase huileuse, entre 2 à 5 minutes après la fonte totale de la cire et pour la phase aqueuse, au moment où la cire est fondue dans le récipient de l’huile). Versez alors l’eau dans l’huile, mélangez dans un bain marie d’eau froide, pendant 3 minutes, puis à température ambiante, pendant 3 minutes à nouveau.

Rajoutez alors le reste des ingrédients (huile essentielle et conservateur). Transférez dans le pot.

Cette crème se conservera environ un mois.

 20121118_220215

 

Je suis assez fière du résultat, car cette crème répond à toutes mes attentes : la texture est très riche, la couleur est légèrement teintée blanc cassé. En ce qui concerne le parfum, la note principale est le bois de rose masquant l'odeur de bleuet, puis une fois appliquée, la crème révèle l’odeur des huiles végétales, notamment de l'huile d'argan, ce qui est très apaisant avant le coucher.

 

Pour finir, une petite astuce apprise lors d’un stage de cosmétique sur Paris l’an dernier : une bonne crème de nuit peut faire office de masque : il suffit de l’appliquer en couche épaisse et laisser poser 30 minutes. La peau boira la quantité de crème dont elle aura besoin …