Suite à une conversation avec Moutsie, l'animatrice de mon stage de botanique, j'ai pris conscience de l'impact écologique de chaque produit que l'on choisit d'utiliser dans nos produits cosmétiques ou ménagers.

Il existe deux grands principes de réalisations de crèmes cosmétiques (plus d'autres à base de gel, mais j'en parlerait un peu plus tard) :

  • les crèmes eau/huile, avec une cire émulsifiante permettant de mélanger l'eau et l'huile : en jouant sur les pourcentages d'eau ou d'huile, on obtient une palette de consistances, allant d'un lait sprayable à une crème très riche et onctueuse. L'inconvénient, c'est que, s'il y a de l'eau, il faut une cire émulsifiante et un conservateur.

  • les crèmes uniquement faites de corps gras , comme les huiles, macérats, beurres, cires : pas besoin de cire émulsifiante ni de conservateur, une durée de conservation bien plus longue. L'inconvénient, à mon sens, c'est que la crème obtenue est beaucoup trop riche et grasse au toucher...

Moutsie a donc trouvé une solution : le soir, on s'humidifie le visage avec une eau florale et on passe notre crème, créant une émulsion directement sur le visage par le massage.

 

Très septique, j'ai décidé d'essayer. Pour le coup, moi qui aime créer mes propres recettes en fonction des saisons et de mes envies, j'ai suivi (presque à la lettre), la recette du livre de Moutsie, « Cosmétiques, le geste écologique »

moutsie

Pour cela, il faut :

  • 70 ml d'huile végétale – j'ai choisi l'huile de cameline, qui nourrit la peau (petit rappel : le matin on hydrate, le soir on nourrit)

  • 30 grammes de beurre de karité

  • 11 grammes de cire d'abeille

  • 10 gouttes d'huile essentielle au choix – en ce moment je suis très « rose and co », donc j'ai choisi bois de rose, mais on peut également opter pour le géranium, le petit grain, le romarin etc.

 

Réalisation :

Faire fondre la cire au bain marie ou à feu très doux avec l'huile végétale (pas plus de 70°, au risque d'altérer les principes actifs de l'huile).

20130512_152953

Rajouter en toute fin le beurre de karité. Puis quand le mélange est tiède, rajouter l'huile essentielle.

Transférer dans un pot en verre. La crème se conservera au moins deux ou trois mois.

20130512_200256

NB : ne jamais utiliser de plastique comme contenant pour des corps gras (les phtalates du pot sont absorbés par les ingrédients huileux de la crème, et donc se retrouveront sur, puis dans votre peau...) - j'utilise des petits pots de moutarde, de confiture, de tapenade etc. Demandez à vos amis, copines, taties de vous garder tous leurs pots, ils seront ravis de contribuer à votre beauté.

Le soir venu, j'ai donc décidé de vérifier la thèorie de Moutsie et de me faire une émulsion instantanée.

Quelques pschits d'hydrolat de bleuet et un petit massage de ma nouvelle crème monophase plus tard, ma peau a bu pratiquement toute la crème pendant que je l'appliquais. Donc ça marche !

2ème effet kiss cool : le lendemain, malgré une nuit hyper courte, comme toute mes nuits d'ailleurs, j'avais le visage doux et vraiment repulpé, ce qui m'a fait commencer ma journée vraiment de bonne humeur.