J'ai enfin osé!!!

Il m'aura fallu pas moins de trois stages de botanique chez Moutsie (association l'ortie) pour oser ramasser des plantes sauvages, les cuisiner, les manger, les faire manger à l'homme et surtout à mes bébés ...

Cela fait un petit moment que je reconnais par ci par là ces fameuses "mauvaises herbes" comestibles, mais je n'avais pas osé franchir le pas.

Nous avons passé quelques jours sur le plateau de Sault dans l'Aude. C'est une région magnifique, au coeur des montagnes, avec une faune et une flore très riches. Les vaches et les taureaux en liberté, les traces de sangliers, les grosses araignées et autres bestioles bizarres ne m'ont pas ravie-ravie, mais nous étions dans LEUR forêt et non l'inverse, j'ai donc tenté de faire abstraction et ramassé les plantes au détriment de ma vie, ou tout du moins de ma santé mentale.

Et voila le panier de cueillette :

cueillette

Des prunes, de la salade sauvage, de la menthe, des framboises, des groseilles, des fleurs de moutarde, du tussilage, du millepertuis et bien sûr des orties.

Nous avions trouvé des fraises des bois, mais elles n'ont pas eu le temps d'arriver à la maison, les loulous ayant préféré les manger sur place.

champ de fraise

fraises

Il n'y avait plus qu'à cuisiner.

J'ai commencé par m'occuper du tussilage (les grosses feuilles à coté des fruits rouges).

Il est repérable facilement car il est souvent en tapis, les feuilles sont vertes dessus, blanches et toutes douces dessous. Des petits points noirs (mucons noirs) sont visibles aux extrémités pointues de la feuille. Parfois, la jeune feuille est recouverte d'une espèce de film comme une toile d'araignée (mais c'est pas le cas, ouf) que l'on peut retirer en frottant avec la main. Il est riche en vitamine A et C, mucilage, inuline, calcium, phosphore, fer, potassium et magnésium.

Les feuilles ont fini en gratin, mouillées de lait d'amande, coincées entre deux couches de pommes de terre et couvertes de gruyère.

gratin cru

gratin tussilageMon gratin a eu un franc succès, et zéro effet secondaire malgré les craintes des mini humains et de ma copine venue du grand Nord (Nancy - elle, elle prétend qu'elle habite dans l'est et non dans le nord, mais tout ce qui est au dessus de Salses étant le Nord, on va pas chipoter)

Mais là où j'ai vraiment marqué des points c'est avec ma confiture de fruits rouges.

J'ai donc fait une confiture de groseille-framboise : il y avait 500g de fruits, j'ai donc mis un peu moins de 400 grammes de sucre. Il suffit de cuire dans une casserole et quand la confiture "fait la goutte", c'est à dire quand elle commence à prendre, on éteint.

confiture fruits rouges

Quelques crèpes pour accompagner et je suis devenue la star de notre petite maison dans la montagne.

Mais, ce n'était que le début... J'étais prise de l'ivresse des plantes sauvages et je n'allais certainement pas en rester là...

Et si vous avez envie de bouquiner pour :

- ramasser vos propres plantes sauvages :

moutsie

 - connaitre les peuples sauvés de la famine par les plantes sauvages comestibles (un livre merveilleux, à lire absoluement, qui redonne espoir quand il n'y a plus d'espoir) :

fusil